mardi 12 novembre 2013

L'ORIGINE DU PORT DU VOILE





Est-ce bien à Martine qui parle ?

Les premières porteuses de voile intégral étaient jadis les prostituées, prêtresses de la fécondité, se revendiquant du culte d'Ishtar, déesse de l'amour physique vénérée dans la Mésopotamie antique (ancienne Irak). Ces prostituées sacrées ont été reconnues dans ce qu'on appelle le Code d'Hammourabi daté de 1730 avant JC.

A Canaan (actuelle région comprenant la Palestine et Israël), elles étaient d'ailleurs accompagnées d'hommes prostitués vêtus eux aussi de vêtements féminins.

Ces rituels, qui avaient pour but de favoriser la bonne croissance des enfants, des cultures et du bétail, ont pour beaucoup été repris par les religions judaïque et chrétienne comme en attestent les traductions de textes anciens akkadiens et sumériens.

Chaque année pour le nouvel an le roi devait épouser l'une des déesses afin d'assurer la fécondité des femmes et des terres, comme le voulait le culte. La cérémonie de mariage était suivie d'un rapport sexuel en public entre le roi et la prêtresse nouvellement épousée. Ce rapport n'avait pas pour objectif d'engendrer un enfant mais de garantir la fécondité des récoltes et concluait l'adoubement de la jeune épouse par le roi.

Chez les Grecs et les Romains, les prostituées sacrées se paraient également d'un voile afin de dissimuler leur visage.

Au XIe siècle avant JC, le roi assyrien réclame que la prostituée du temple soit voilée, à l'instar d'Ishtar, une pratique dès lors reprise dans tout le Proche-Orient.

Le port du voile intégral de plus en plus à la mode dans les 57 pays islamiques et désormais dans nos rues est le signe de la remise au goût du jour de cette tradiction ancestrale longtemps oubliée, la prostitution n'ayant jamais été jusqu'à ces dernières décennies une tradition dont aimaient se réclamer les femmes, a fortiori dans nos contrées occidentales.

C'est d'ailleurs en raison de cette origine contestable que Kemal Attatürk, fondateur de la Turquie moderne, avait interdit le port du niqab et autres voiles dans son pays.

Cela fait donc 7 000 ans que le voile sert de marquage pour les prostituées et les voilées et autres niqabées d'aujourd'hui, descendantes des anciennes prêtresses d'Ishtar ou les imitant par ignorance du passé (ça sert de lire des livres pour se cultiver) se revendiquent donc, sous les sourires narquois des occidentaux instruits, fières de se vêtir comme des prostituées !!! Une tradition remise au goût du jour par les ayatollahs embrumés et vivement encouragée par les maris, les frères, les oncles incultes... Les pauvres, si elles savaient...

Le théologien Ghaleb Bencheikh ne s'y trompe d'ailleurs pas lorsqu'il dit que les femmes voilées de la Mecque "ont des tenues héritées du temps des Assyriens", l'Assyrie étant l'ancienne région du nord de la Mésopotamie.

Comme quoi, il est important de connaître son Histoire afin de ne pas se revendiquer de n'importe quoi. A ne pas savoir ce que l'on fait, on ne peut savoir qui l'on est.

3 commentaires:

  1. Préciser! Préciser! Cela a évolué depuis les origines. Lire David Graeber, Dette, chez Babel, 2013, p.227 et alentour.

    RépondreEffacer